Flight Instructor H FI(H)

Et nous y revoilà, j’ai obtenu mon CPL il y a 3 ans maintenant et je n’en ai pas vraiment profité. Je n’ai pas non plus continué d’alimenter mon Blog. J’ai pu faire une journée baptême, quelques vols partagés en famille ou amis. Mes renouvellements de QT et c’est à peu près tout. Peut-être aurait-il fallu vraiment laisser mon boulot pour me consacrer à temps plein à l’hélico… Je ne sais pas, et ne le saurais jamais. 

Toujours est-il que l’envie de voler perdure et me hante. Arrivé à 160H en gros en fin d’année dernière, j’ai décidé de remettre une pièce ( enfin 2 gros chèques de 16000€:/ ) pour monter mes heures à l’héliclub de l’Ain à Bourg en Bresse pour faire 60 heures de R22 afin d’arriver à 220 HDV afin de pouvoir commencer le stage FI(H) pour devenir instructeur. Cela me semble être le passage obligatoire pour espérer commencer à monter les heures en France. Me voilà donc, après une semaine de stage Fi, et presque mes 220 HDV. Il m’en reste quelques-unes à aller faire à Bourg. 

J’ai choisi l’école Alpes Hélico, sur l’aérodrome d’Annecy. Je l’ai choisie pour plusieurs raisons. D’une part, la qualité de formation (mon meilleur ami y est passé et est un très bon instructeur maintenant) avec les instructeurs d’instructeurs présents au sein de l’école. D’autre part pour la présence des Alpes. Cela permet de faire quelques vols en montagne et cela donne une expérience non négligeable avec les conditions particulières de cette région, et en plus, les paysages sont super beaux :O . Enfin, le tarif est assez compétitif et l’équipe m’a super bien accueilli. 

 

Je suis arrivé Lundi matin pour mon vol d’entrée en formation. C’est un vol d’évaluation pour définir le niveau du stagiaire et allonger éventuellement les heures requises. 

Je l’ai fait avec Gilles, le formateur principal. Il m’avait donné RDV à 10H car l’autre élève, qui fait sa formation avec moi, faisait son vol d’entrée avant. J’ai été accueilli par Nicolas, le jeune mécano, qui s’occupe des hélicos et des avions. Il m’a fait voir les locaux, le hangar etc. Les bureaux et le hangar sont en cours d’extension. C’était déjà balèze, cela devient encore mieux !

Il y a 3 petits avions de clubs, 2 gros jets, un moyen Jet, et Jet à Hélice pour la partie noob… heu je veux dire avions, et un R22, un R44, un R66, un BELL 206 et un BELL 407 partie Hélico. Donc de belles bêtes !

Gilles est rentré de vol et m’a proposé d’aller préparer la machine le temps qu’il débriefe avec Romain .

Qd il est revenu il m’a dit que c’était un vol, principalement, de familiarisation avec la région, n’ayant jamais volé la bas je ne connais pas. Je me suis chargé de la Radio. On a décollé et on est parti directement dans les Alpes. Il m’a fait faire un posé campagne, avec toute la reconnaissance DZ, le passage puissance ETC. J’ai d’ailleurs fini par conclure qu’on était trop juste pour aller se poser, mais il venait de le faire avec Romain donc on a pu continuer la descente. J’avais d’ailleurs assez mal contrôler l’altitude du point de poser durant ma reconnaissance:/ Ça commence bien:/

Il m’a bien remontrer la consommation de puissance de la réchauffe carbu, avec on ne pouvait pas repartir en décollage vertical et sans on a pu sortir directement. On a continué à visiter les Alpes, nous avons vu la Clusaz puis le col des Aravis. Sur le retour, il m’a fait faire une autorotation dans un champs, je n’ai pas eu le compas dans l’œil car qd je nous ai mis en autorot’, j’étais super long. J’ai fait un ptit S Timide ( je suis toujours assez doux aux commandes mais en autorot, il faut plutôt envoyer un peu) puis j’ai diminué la vitesse pour finalement qu’il m’aide a faire un vrai S sur la fin. On a remis les gaz, j’ai bien fait gaffe de ne pas faire peur aux vaches et de ne pas survoler les habitations. On est rentré au terrain dans la foulée. Bon j’ai pas trop demandé à la tour de translater une fois posé… Bon…Gilles a repris rapido la radio pour qu’on soit carré. Plutôt sympa comme petit Vol. 

Le mardi nous avons vu les exercices que l’on fera faire aux élèves qui sont risqués, donc un pré briefing pour faire attention. L’après midi nous avons revu la mécaniques du R22, tous les petits fils, les petits capteurs et tout. Super intéressant !

Ensuite ont suivi 2 jours de Psycho pédagogie, je ne m’attendais pas à quelque chose de passionnant mais l’intervenant, François, un ancien pilote de 747 qui a fait 40 ans chez Air France a rendu cela super interessant! Arrive enfin le Vendredi, avec normalement le premier vol pour la formation d’instructeur:O

J’avoue que je redoutais un peu ce vol, cela me ramenait 4 ans en arrière avec le petit stress du jeune élève qui découvre un nouveau milieu, une nouvelle zone, un nouvel instructeur etc. Donc super intéressant au final, car mes futurs élèves ressentiront cela aussi:O

La météo était catastrophique, des averses toute la journée, des nuages partout, pas terrible pour aller voler. Romain était chaud bouillant. Je l’ai donc laissé y aller en premier. Il est revenu en me disant que c’était chaud… Il ne faisait donc que confirmer mon pressentiment !

Gilles m’a demandé de mettre une heure et demie de carburant et de l’attendre vers la machine. 

Dans la semaine j’étais aller me mettre en place gauche dans le hangar pour ressentir  le truc et voir comment passer mes mains pour aller vers la console centrale. 

Bon Gilles et de retour, on est parti !

Ha oui et petit détail trop cool! Les élèves ont droit à un casque Bose A20 avec réduction de bruit actif dans le 22. Donc la grande classe !

Bref, j’ai fait la mise en route en place gauche, ça fait une certaine gymnastique pour tout un tas de manœuvres faciles à droite. Bon, au final j’ai mis en route, venait maintenant le moment de la mise en stationnaire, à gauche, avec le cyclique relevé ( de façon à ce que l’élève ait le cyclique normalement au niveau des genoux) Bon j’ai prolongé le patins légers au maximum sans être jamais à l’équilibre que j’ai en place droit. J’ai fini par m’arracher du sol, ce n’était pas propre, mais loin d’être dangereux. Je faisais aussi la radio, puis on a translaté vers la piste. Je faisais exprès de ne pas aller vite pour avoir plus de temps pour m’habituer:D Bon décollage et une fois en vol Gilles m’a proposé de faire comme s’il était un passager venu faire un vol d’initiation. TROP BIEN !

Je devais faire comme s’il était débutant et qu’il n’y connaissait rien. Il le fait très bien d’ailleurs… c’est aussi tout un art de son côté, de faire le noob tout en étant en train de me montrer pour bien faire:/

Bref, je lui ai donc montré les commandes une par une, d’abord ce que fait le cyclique, puis le collectif, puis les pédales… puis je lui ai passé les commandes… Donc déjà ! Ne pas dire les commandes si je ne lui en donne qu’une seule. Être bien clair sur qui à les commandes surtout. Et bien préciser que les mouvements à faire sont de quelques millimètres. C’est TRÈS sensible. J’ai même commencé à lui expliquer des trucs sur le couple et tout… Bon faut être concis en vol. Aller à l’essentiel. J’ai apprécié une remarque qu’il m’a dite à un moment, il m’a demandé si j’avais déjà fait des instructions ou quoi dans d’autres domaines. Ben non, mais par contre j’aime bien partager mon savoir:D mais cela m’a fait plaisir ! Une fois fini ma démonstration, il a repris les commandes et m’a fait le même exercice. Il a bien mieux décomposé que moi, en effet, je lui ai montré chaque truc, regarde…hop. Bon, il faut prendre le temps, pour le cyclique, on part de 60 kts, on pousse, et on voit qu’on descend, qu’on prend de la vitesse, on a le temps de tout ressentir. Il faut bien que je me le note . Il m’a aussi fait le coup de regarder par terre dans l’hélico, de ne pas regarder dehors avant de tourner, donc en résumé : insister pour que notre élève, regarde bien dehors, pour les points de repères mais aussi pour la sécurité.j’ai ensuite refait la démo en prenant en compte ces précieuses remarques et c’était mieux…sauf qd je suis allé m’enfermer dans des nuages ! Donc j’ai joué le jeu, je lui ai dit, attends, je reprends les commandes, on sort de cette zone etc. Bon à moi d’anticiper pour ne pas aller me mettre la dedans juste avant de lui donner les commandes:/

Aller on prend la direction de l’AD, il me dit de rentrer…heu oui, alors avec tous les tours qu’on a fait je ne sais plus trop où l’on est:/ Bon je vois le compas qui indique qu’on va au Sud et je savais qu’on était déjà au sud, et à l’ouest, car la tour nous a demandé de faire gaffe à un décollage. J’ai donc regarder à mes 7 8H et paf, j’ai trouvé Annecy ^^ 

Il m’a dit que l’on ferait une autorot’ en U pour le retour. On a du passer au dessus de quelques nuages, il me rassurait alors que je n’avais même pas peur B-)

Il m’a dit de lancer la panne qd je voulais, il s’occupe encore des gaz et je gère le reste, on est arrivé bien sur la piste en herbe, j’ai trouvé un peu de travers à la remise à plat, cela aurait dû être corrigé en cas de complète. 

On a ensuite translaté vers le point de posé, j’y suis encore allé de manière scolaire pour bien décomposer et ressentir la place gauche avec la main levée. Petit posé avec un très légère translation avant, comme les débutants ^ ce que je suis redevenu pour quelques semaines encore:D

Bon je suis en tout cas content de mon premier vol, c’était super et j’ai beaucoup apprécier voler avec Gilles, cela promet encore 4 semaines passionnantes !

A côté de ça, il faut que l’on prépare les briefings que l’on donnera aux élèves avant chaque leçon. Je viens d’y passer le week end  et j’en profite pour reprendre un peu mon BLOG ^^

Vivement demain !!

 

Nous voilà prêts pour le second vol de FI !

Je mets l’essence pour être prêt à décoller. Pendant la mise en route j’ai voulu jouer le jeu de l’instructeur avec l’élève en lui expliquant un certain nombre de choses… bon.. mauvaise idée sur un second vol, j’ai pas arrêté de parler et j’ai un peu surchargé la tête de mon pauvre Gilles.

Romain était allé dans le secteur Nord juste avant moi donc nous allons faire de même.

Une fois la mise en route effectuée, j’ai mis en stationnaire, pour la seconde fois en place gauche. J’ai encore un peu tergiversé durant le patins légers et la mise en statio m’a fait décaler un peu à gauche, et oui, avec mes grosses fesses et le réservoir principal du même côté le pôv p’tit 22 galère à se lever. Il n’y avait pas trop de vent donc j’ai pu translater au point d’attente. La tour m’a demandé si je voulais décoller direct, J’ai dit oui, donc j’ai fait un décollage tout naze, mon élève n’aurait pas eu le temps de bien voir ce qui se passe… Bon au moins on est parti vite. 

Dès qu’on a eu quitté avec la tour, j’ai commencé tout de suite à montrer à Gilles les points de repères cabine pour bien voir l’assiette à 60 kts et à 80 kts. Il m’a dit en débrief qu’il avait apprécié que l’on commence comme ça. Je devais lui montrer les effets des commandes. Donc, ici, le cyclique. On faisait varier l’assiette selon l’axe de tangage. Nickel. Je lui ai passé les commandes en lui disant bien d’être détendu, et de faire de petits mouvements à faible amplitude. Nickel. Ensuite je lui ai montré la descente et la montée. Il n’avait pour le moment que le cyclique. Je gérais le collectif et les palonniers. Gilles a bien fait les exos, il ne m’a pas trop fait de boulettes ^^. Ensuite je lui ai montré puis passé le collectif, monter et descendre en gros. RAS  aussi, enfin les effets des palonniers, il m’a fait le coup de mettre beaucoup de pieds car j’avais retiré mes pieds complètement. Bon rien de grave à mes yeux. Il m’a fait aussi le coup avec le cyclique en avant, et j’ai repris un peu tard mais rien de dangereux à nos yeux. Il était déjà temps de rentrer. Sur le retour je lui ai donné toutes les commandes pour qu’il nous ramène à Annecy. RAS

On s’est annoncé pour une autorotation complète sur la piste dure. Ma première en 22:O

Bon j’étais assez confiant car je me suis toujours dit que je réussirais si cela m’arrivait en 22. J4en ai déjà fait des complètes en 44 pour mon examen et le testeur n’avait rien touché. 

Gilles s’occupe de tout et je reste en transparence pour arriver sur la piste. 

Donc le plan est plutôt bon, on arrive dans l’effet de sol, Gilles reprend, il flare, remet à plat soutien direct et on pose. Entre le flare et l’arrêt il s’est passé une seconde:O c’est allé giga vite ! Impressionnant 

j’ai remis en stationnaire et on a translaté au pompes. Bon vol j’étais assez content de moi et Gilles m’a confirmé que c’était bien.

 

Vol 3 :

Aller, on  a mangé, mis l’essence et on repart pour les variations de vitesse et d’altitude en ligne droite. 

J’ai remis en route, je suis allé plus vite. Le vent s’était levé et soufflait bien. Il y avait du monde à la radio, on a du attendre déjà avant de demander à translater, Une fois au point d’attente le contrôleur m’a demandé si je voulais tracer vite fait, j’ai répondu non ce coup-ci, qu’on ai le temps de s’aligner, de faire les checks cabines et tout. On a fini par décoller avec un avion devant, et un derrière:O Bref, on sort du tour de piste et je quitte la tour. Je lui propose de commencer directement avec le changement de vitesse en ligne droite. Je le briefe un peu et je lui commence à lui proposer les commandes. Je me suis rendu compte qu’on était un peu bas et qu’on devait monter. Donc je suis monté un peu, pas terrible j’aurais dû plus anticiper. Ensuite je voulais lui faire la démonstration, trop nul, je n’arrivais pas à afficher les paramètres que je voulais, la masse d’air était farceuse:( on a fait plusieurs exercices ou mes démonstrations n’étaient pas bonnes, donc pas terrible pour l’élève. On a fait les différents exercices et c’était toujours pareil. Bon RAS jusqu’au retour, on refait une complète sur la dure. Un peu de trafic à gérer puis on a le feu vert. Je  nous ai emmené jusqu’à la piste, puis Gilles à repris pour le flare et le posé. Ce coup ci, on a flare un peu plus haut à cause du vent, j’imaginais qu’on allait s’écraser par terre vu la hauteur mais en fait non, Gilles à pu soutenir et on a posé. Un léger rebond et retour aux pompes. J’avais les commandes et j’ai bien galéré..:/ je ne me suis même pas posé droit lol

Bon vol assez dur, je ne me suis pas trouvé bon. On remet ça demain !

 

Vol 4 :

 Virages en palier et en montée et descente. 

Je fais encore la mise en route sur ce vol. Il y a du monde à la radio et on reste un peu au sol avant de décoller. C’est un poil long, je me concentrais sur ma tenue de stationnaire et sur ma translation vers le taxiway et j’ai oublié d’aller vers la piste… heureusement que mon « élève » est bon qu’il m’a rappeler de tourner vers la piste. Décollage, et on est parti. J’ai bien galéré à mettre le code transpondeur, c’est un vieux modèle particulièrement coriace. J’aurais pu donner les commandes à Gilles à ce niveau. Donc on sort de la CTR, on passe avec l’info de vol de Chambé, et on attaque nos évolutions. Ma première démo de virage, j’ai commencé par faire un rappel verbal de ce qu’on allait faire…Inutile après explication de Gilles. Donc j’explique puis je fais la démo. J’ai perdu quelques pieds, la vitesse variait… pas propre. Gilles m’a montré qu’il ne fallait pas expliquer avant mais pendant…Évident une fois dit… Donc on a recommencé et mes paramètres étaient mieux. Gilles, en bon « élève » qu’il est, à plutôt bien réussi son exercice, il ira loin ce p’tit:D

Ensuite le même exercice en montant, même déroulé, mes paramètres ne sont pas parfait, donc j’en profite pour expliquer à « l’élève » comment les corriger, c’est un mal pour un bien en gros. Je loupe un ou deux appels radio de la tour de Chambé entre temps tellement je suis concentré sur mes explications. Heureusement que Gilles veille la fréquence. Il faut que je sois plus attentif. En plus, j’ai encore le réflexe de l’immatriculation du 22 de Bourg. Je collationne souvent Roméo Charly au lieu de Golf Roméo:/ Du coup à la Radio je merde un peu parfois. Je vérifie bien le regard de mon « élève » pour qu’il regarde bien dehors. Ensuite on fait le virage en descente. RAS. Puis retour à Annecy. Petite autorot’ en U. J’ai bien eu la piste et Gilles à repris sur le flare et le posé. J’ai mieux senti le truc, mais ça va encore assez vite. Il fallait translater rapido et Gilles s’en est chargé… dire que j’ai l’impression de foncer parfois.. Je suis trop lent comparé à lui !!

J’ai bien soigné mon posé pour cette fois ci et j’ai fait un Kiss devant le hangar. Super météo cette aprem, un vrai plaisir de voler !!

 

Vol 5 : accélération en virage et premier stationnaire.

Hop, on décolle d’Annecy, je gère la mise en route et le décollage. Je donne les commandes à Gilles  assez rapidement et lui demande de suivre la route que la tour nous a donnée. Pas de pb, on sort de la CTR et je passe avec la TMA de Chambé. Il pleut un peu et il fait assez gris. Un poil de vent de face également. On commence direct l’accélération en virage. Je me mets à 60 kts et amorce mon 180° à droite en prenant 80 kts. Bon encore approximatif tout ça:(. Je voyais la CTR approcher et je voulais refaire un 180 car on avait le vent dans le dos du coup. J’ai tourné pile qd Chambé me disait de faire Gaffe à la CTR d’Annecy. Ouf. Bon je recommence ma démo pour peaufiner tout ça. C’est un peu mieux. Il y avait un peu de trafic et j’ai encore loupé un appel de Chambé en expliquant des trucs:( Bon aller direction Chambé pour nos premiers stationnaire avec un « débutant »:O

On est arrivé en Autorot’ complète, bien propre, j’ai bien suivi aux commandes et j’ai mis le même soutien au collectif que Gilles B-)

On a ensuite translaté sur la gazonnée pour les stationnaires. J’ai bien décomposé le truc. Je lui ai d’abord donné les palonniers. Il mettait de bon coups de pieds le bougre ! Je le laissais faire puis j’essayais de corriger qd je trouvais que c’était trop. Ensuite juste le collectif. Je faisais plus attention car « l’élève » peut nous amener au sol très vite si on ne réagit pas très vite, un peu flippant mais ça allait. Ensuite, palonnier plus collectif. On est bien monté quelques fois, souvent dès 90° dans tous les sens, mais bon an mal an, ça va. Enfin… En vélo, on commence la Valse. Je lui disais bien de regarder dehors. Notre collègue venait de poser avec le BEL 407 et Gilles ne faisait que Regarder à côté, le Fripon, je lui disais de bien se concentrer ! 

On a fait de bonnes Valses, je lui ai laissé pas mal de liberté et je reprends qd je pensais que c’était tendu. 

Et pour finir…. Les 3 commandes. Qd je lui ai dit il m’a regardé avec un petit sourire en coin… genre tu vas voir, on va valser…et oui !

On partait dans tous les sens, on a même fait un 360° à un moment, j’ai dû tout reprendre, en plus il forçait bien ce petit paltoquet, mais plutôt bien aussi. 

A la fin, on demande pour décoller pour un retour sur Annecy. On y va, le plafond est bien tombé et il pleut pas mal. Je ne sais pas trop comment rentrer en fait, alors j’ai suivi l’autoroute que je prends le matin:p

ON s’annonce pour une petite aurorot sur la gazonnée et on a remis les gaz. J’ai bien translaté on a posé devant le hangar. 

Pendant le briefing, Gilles m’a dit qu’il sentait bien les commandes et que je ne le contraint pas trop, il se demandait si j’étais inconscient ou super bon B-) comme on m’a déjà dit.. un Génie ou un fou ?:O

En tout cas, trop bien encore ce vol.

 

Vol 5 : Mise en stationnaire et posé, travail sol.

Je fais la mise en route et je transporte directement sur la piste 22 gazonnée. J’étais sûr que le contrôleur m’avait dit de rappeler prêt à décoller donc je me suis fait rouspéter car je n’ai pas demander la clairance pour pénétrer la piste:( comme par hasard les bandes de la tour sur LIVEATC étaient supprimées:( 

Bref on décolle et on trace vers Chambery. Je peux laisser les commandes à Gilles à ce niveau et cela m’arrange bien pour faire les changements de fréquences et de transpondeur, pas évident de la main gauche en volant ma caisse:/

Une fois arrivé à Chambéry, Gilles m’a fait une démonstration du tour de piste parfait. Et il l’était. La tour nous a proposé d’aller faire nos exercices sur le parking Nord par le taxiway charly. On a loupé et on s’est encore fait rouspeté par la tour:/ 2 fois sur 2, pas mal !

Nous allons commencer par la mise en stationnaire. Je fais une démo à Gilles pas parfaite, j’ai encore du mal avec la place à gauche, j’en ai fait des parfaites, à faire rougir le plus expérimenté des pilotes ce week end en place droite ! Bref, je lui refait une démo , et à lui les commandes. Il y a un peu de pression car on est prêts du sol et donc la moindre erreur peut conduire à un renversement de la machine et donc de sa destruction:O

Gilles fait quelques tentatives ou je ne reprends que lorsque nécessaire. Donc c’est bien niveau transparence sur les commandes. Il me refait bien le phraser à prendre pour être clair pour l’élève. Ensuite le posé… Dur morceau au départ. On se met bien en stationnaire et je le sentais forcer avant même que je ne lui donne les commandes. Je lui ai donc reprécisé qu’il fallait qu’il se cale sur mon point neutre de stationnaire et que temps que je sentais des tensions dans les commandes je ne lui donnerai pas. Gilles a fait plusieurs essais de posé et, tant qu’il avait une translation latérale ou arrière je l’empêchais de descendre plus. Et je l’ai laissé poser chaque fois qu’il était bien. Donc c’était bien la transparence aux commandes. Nous avons ensuite fait des translation avant le long d’une ligne au sol, RAS. Ensuite la translation latérale, assez touchy au départ. Bien regarder devant, puis alterner avec le côté ou l’on va. A un moment, on allait à droite, et je sentais qu’on prenait du lacet à gauche. Je lui disais, mets du pied à droite, met du pied !! j’ai repris les commandes et qd j’ai regardé ce qu’il faisait, il avait les pieds en tailleur sous lui… quelle crapule !!

on a bien rigolé ^^

A la fin de l’exercice, on avait déjà volé plus d’une heure, on a demandé pour rentrer sur Chambéry. Il a pris les commandes pour faire du travail sol de professionnel et me montrer l’accroche et tout : impressionant: O

Retour à Chambéry, standard avec une autorot sur la gazonnée, mais non complète à cause de la pluie et du vent. 

Bon vol j’étais content de moi et de mon jeune élève, il a de l’avenir dans l’hélico lui !

 

Vol 6 : Transition lente et rapide.

Je laisse enfin faire la mise en route à Gilles. Il fait exprès de rater plein d’étapes et du coup moi aussi, je n’étais pas prêt à autant de filouterie de sa part ! Pour l’interrupteur du gov a vérifier sur ON il me l’a mis sur OFF, il a lâché le cyclique, il a loupé des étapes…bon le prochain, Gilles, tu es prévenu je serais intransigeant !

Je le laisse mettre en stationnaire et translater au point G4, je suis en transparence derrière les commandes mais il gère bien. 

On décolle, je m’emmêle un peu les pinceaux dans mes explications tout en le faisant. On décolle et ensuite on voit qu’il y a une couche nuageuse basse sur notre route. Alors je monte un peu et je vois qu’on peut passer dans un couloir de nuages, plutôt classe. Bon du coup je n’ai pas trop reconnu le point de sortie, Gilles m’a mis sur la voie en me faisant ouvrir les yeux. On quitte Annecy et direction  Chambé. J’ai voulu lui faire faire un exo sur le chemin mais je l’ai fait trop à la one again donc on ne l’a pas fait. Arrivé à Chambé je m’annonce et je collationne mal mon pt de rappel, vent arrière au lieu de base… Je sens que la séance commence bien. Je lui montre l’approche standard pour les leçons suivantes et je reprends en finale, ou je ralenti comme un noob à 40 kts:/

Bon on translate vers le taxiway herbe pour faire nos transitions.

Je lui fait une démo toute pourrie vente de face, pour me reprendre je lui en fait une pire vent de dos. On recommence au moins 5 aller retour avant que j’y arrive bien, on aurait dit que c’était moi l’élève PPL qui n’a pas d’expérience, c’est fou !

J’avais du mal à parler en faisait propre et surtout je dis « hop »à chaque mouvement, trop chiant!hop cyclique vers l’avant, hop on soutient, hop du pied, hop on y va.. Je sens que ça va être relou à perdre comme tic. On a fait pas mal d’essais ou je le faisais et je lui ai passé les commandes. Bon je n’ai pas eu grand-chose à corriger, le gars est bon qd même. 

Après un certain nombre d’essais on volait depuis presque une heure, on a redécollé pour Annecy. RAS pendant le retour. J’ai toujours du mal à savoir s’il joue l’élève ou l’instructeur parfois.

On est arrivé pour une autorot’ sur la piste en dur. Elle était nickel ! J’ai bien senti le truc. Je pense que Gilles est encore pas mal sur les commandes, mais j’avais les mêmes gestes que lui. 

Vol mitigé, j’ai merdé pas mal de trucs, sur la mise en route, sur la radio parfois, et mes démo de transition étaient nulles:(

Prochain vol, les décollages standards et les approches/atterrissages. 

 

Sitôt dit, sitôt fait, après ma piètre performance de ce matin on repart pour le

 

Vol 7 : décollage standard et approche à VI constante.

Gilles s’occupe de nouveau de la mise en route, je ne me fait pas avoir avec l’interrupteur du Gov…par contre…..il me tend un piège avec la manette des gaz plein ouverte au moment de la mise en route et je n’ai pas contrôlé:( un moteur de 22 à la poubelle:( évidemment pour de faux, il me l’a dit. Aller coup de masse mais on continue la mise en route. Une fois prêt à décoller il ne fait pas ses checks cabine avant la mise en stationnaire, tout content je lui fait la remarque. On se met en stationnaire et il part d’un coup sur le côté un peu en panique. Je reprends et me rends compte qu’il n’a pas sa porte:( Bim (ou Hop :p, Gilles si tu lis ça;) ) Bon il m’a encore bien eu. J’imagine trop le plaisir dans sa tête de tendre un piège et de voir son jeune padawan foncer dedans tête baissée !

Bon j’espère qu’avec ces deux coups de masse je serais « infaillible » sur les futures mises en route. Ce sont de bonnes leçons, même si ça fait mal à l’orgueil.

Aller on se reprend du coup il reste encore tout le vol à assurer. Je le laisse translater jusqu’à la piste. Je lui fait une démo de décollage standard, nickelle, bon ça permet qd même de continuer le vol de bonne avec un peu moins le seum comme disent les jeunes.

Entre Annecy et Chambéry, il m’a fait la surprise d’une petite autorot’ en campagne. Il m’a demandé si j’avais conscience d’où venait le vent. Je lui ai dit oui, du coup : « panne moteur » J’ai mis pas en bas pied à droite, le réflexe panne, puis j’ai commencé à chercher un champs, j’ai un peu oublié de bien configurer mon vol et mes tours sont un peu monter, je les ai entendu mais un poil tard. Bon, dans le même temps au moins j’avais trouvé mon champs et je suis arrivé dedans. J’avais choisi un champ labouré en terre mais j’ai senti que Gilles me dirigeait vers un champ à côté en herbe. Ce sera à débriefer car on en a pas reparlé. ( c’est bon débriefé : les champs en terre labourée risque d’être collant ou on risque aussi de s’enfoncer et cela risque plus un retournement)

On continue direction Chambéry, on s’annonce et on est deuxième pour arriver en longue finale. J’ai fait une démo nickele avec ma vitesse qui ne variait pas et un tax de descente bon, avec un point d’aboutissement ou j’avais prévu. J’aurais pu démontrer un peu plus pendant la descente pour le travail du plan etc. J’ai repris les commandes pour la perte de vitesse et la remise à plat. J’ai tout de suite demandé à la tour un nouveau tour de piste car un avion arrivait derrière nous. 

J’ai laissé Gilles faire la décollage, il s’en est bien sorti le p’tiô, un peu brusque aux commandes encore et quelques approximation aux pieds:p

Aller on reprend la vent arrière, je laisse Gilles la faire à 80 kts, une fois que la tour nous a autorisé à virer et qu’on était N°1 l’avion qui nous suivait s’annonce aussi. J’ai senti la tour embêtée car on allait moins vite que lui. J’ai raccourci un peu le circuit mais on était trop haut. En plus un GIGA GRAIN, arrivait depuis la dent du chat, avec des averses violentes et des bourrasques assaisonnées. DU coup j’étais trop haut sur le plan, j’ai fait changer notre point d’aboutissement pour arriver en milieu de piste du coup. Une fois l’atterrissage contrôlé j’ai voulu repartir direct pour laisser l’avion atterrir, j’ai un peu mal géré la radio mais on a fini par redecoller. Vu le déluge qui arrivait, j’ai dit à la tour qu’on repartait pour Annecy directement . 

Gilles m’a proposé d’aller faire un posé en campagne en haut des montagnes. Je lui ai fait la démo mais je n’avais pas compris que je devais lui faire comme si c’était un élève. DU coup j’ai pas tout dit et ce n’était pas parfait non plus en plus. Lors du passage puissance on a vu que le grain nous fonçait dessus alors on a décidé de rentrer à Annecy. Arrivée en autorot’ sur la piste dure, plutôt bonne mais j’ai soutenu un peu tôt. Nous avons ensuite translaté sur le parking et il m’a fait faire un posé sur la plateforme. Avec le vent qui arrivait, bien vener, il y avait des turbulences de partout je trouvais, j’ai fait quelques posés hasardeux. Ensuite il m’a fait faire des posés avec le vent de droite sur le tarmac, encore hasardeux, j’avais un peu tendance à balancer la machine. Il m’a fait me remettre en statio jusqu’à ce que j’y aille doucement . Et pour finir, comme si ce n’était pas assez, posé vent de cul. Bon je l’ai bien fait du premier coup au moins. Le temps de rentrer l’hélico, on était détrempés !

Bon encore un vol que j’ai trouvé mauvais de ma part. Il va falloir que je sois plus vigilant sur la mise en route et plus pros lors de mes démonstrations et explications. Finis les HOP !!

 

Vol 8, Tour de piste.

On part pour Albertville, je vais découvrir ce terrain. J’ai préparé ma nav comme un élève, avec ma carte, les VAC etc.

On met en route, je ne me fais pas avoir par tous les pièges de Gilles…. Sauf un… il a mal enlevé le frein rotor et la mise en route ne peut pas se faire. Rien de grave. Il me lâche le cyclique toutes les 5 secondes et je ne le laisse pas faire. J’ai bien vérifié les gaz et sa porte:/

Mise en stationnaire assez propre, on translate, on fait une petite translation lente pour remonter le taxiway. Je le laisse bien faire sans trop reprendre et je lui donne juste les explications.

On décolle et on longe le lac d’Annecy. C’est magnifique !

Pour animer le vol je le fais suivre la carte en chemin pour préparer les vols de navigation.

On arrive sur Albertville, je prends la VAC pour faire une intégration. Je me reporte vertical puis fait une procédure d’éloignement .Je me reporte en début de vent arrière. Mes paramètres sont mauvais tout le long et j’explique mal ce que je fais. Chiant !!!!!!

On repart pour un tour de piste et il n’est guère mieux, je galère à garder mes paramètres et j’explique encore mal. Je sens que ça ennuie Gilles que je sois aussi nul aujourd’hui ; dans la lignée d’hier en plus:(

On a le droit à 2 tours de piste et on les a fait, on rentre donc vers Annecy. Il me fait une petite autorot’ en campagne au-dessus des champs, j’ai mal estimé le vent, mais j’ai fini dans le champ que j’ai visé suite à cette correction. J’étais déjà assez saoulé de mon vol, on continue vers Annecy et je lui dit que je vais passer par ECHO pour pouvoir refaire une vent arrière. J’ai demandé à la tour un tour de piste, au bluff, mais il savait que j’avais pas le droit, alors il m’a donné un direct sur la piste. Sans vent arrière. J’ai recontacté pour demander la vent arrière qd même. Gilles m’a dit que c’est moi le commandant de bord et l’instructeur. Là, le contrôleur m’a dit ce qui l’arrangeait lui. Donc j’ai repris mon exercice qd même. J’aurais peut-être pas dû car j’ai encore fait un tour de piste merdique. J’ai rien expliqué, faut dire que la tour ne faisait que parler, et j’ai eu des paramètres foireux jusque dans la finale, qui elle était propre. On a translaté rapido vers les pompes…Je suis bien déçu de mes 3 derniers vols:( j’espère me reprendre rapido ! 

 

Vol 9:

mise en autorotation en ligne droite

Aller on met en route, je laisse ce filou de Gilles faire mais je regarde bien tout ce qu’il fait !

C’est très formateur car je serais aux aguets avec mes élèves !

RAS, je demande une sortie par Sierra Alpha, pour retourner vers Albertville. je ne connaissais pas trop par là donc je lui parle de la navigation sur la carte en cheminement, en lui montrant la corrélation entre ce que l’on voit dehors et sur la carte, vu que moi même je découvrais.

Je nous ai laissé monter à 4000 pieds pour avoir une belle hauteur pour ma mise en autorotation. Je pense que je n’avais pas prévu la même chose que Gilles car j’ai fait tout pourris en pensant bien faire. Gilles voulait qu’on ai bien un champ tout de suite dans le plan alors que moi je ne voulais que montrer le vol autorotatif en ayant bien le temps car on était haut. Du coup il a considéré que j’étais trop en retard alors j’ai bâclé mes explications et c’était naze 🙁 

En plus j’ai merdé ma mise en autorot’ avec 2 sur régimes direct, repris par Gilles. je gérais pour la première fois la manette des gaz en même temps que le reste et c’est chaud qd même, en plus il faut décrire ce que l’on fait et tout bien chaud ! 

Du coup on a poursuivi vers Albertville, j’en venais du matin et j’avais fait de la merde, alors je n’”tais pas super serein.

On s’annonce pour arriver directement en étape de base et faire un exercice d‘autorot’. J’ai gardé la hauteur et pareil que la première, je pensais ne voir que le vol autorotatif et Gilles voyait bien qu’on était trop long. Donc encore raté 🙁 Dans ma tête je voyais aussi qu’on était trop long mais il suffisait de faire une vitesse 0 pour avoir la piste, mais comme ce n’était pas le but de la leçon je me disais on continue et on remet les gaz tôt.

Bon on remet qd même les gaz et on repart pour un tour de piste. Cette fois-ci, j’ai eu un meilleur plan, j’ai pu lui montrer alors les effets des commandes, le collectif bien, et le cyclique un peu tard. On a fini l’autorot’ ou j’ai remis les gaz et tout. C’était pas mal.

On est reparti ensuite par le sud pour contourner le massif des Bauges. On prévoit quelques autorot’ en campagne. On devait monter une falaise pour aller dans un col, il y avait un parapente dans un courant ascendant donc j’ai bien vu que cela nous aiderait à monter, on est passé de 500 ft/min à 1000 ft/min, trop cool. Une fois en haut on a choisi un champ pour faire une autorot’ en campagne. On déclenche et on voit qu’on est trop court..et qu’il y a des lignes électriques dans le champ.. et dans le champ d’à côté… Il faut remettre les gaz mais je tarde un peu à prendre la décision. Gilles me l’a donc soumis en me disant qu’il ne faut pas hésiter à prendre la décision tôt qd on voit que ça pu.

Un peu plus loin il me dit que l’on va faire une précision. On choisit un champ c’est lui qui déclenche, et c’est à moi d’arriver dedans. On est de biais et trop long, je choisi une V0 et pendant la descente on voit qu’il y a aussi une ligne élec, on change de champ et on est encore trop haut, j’ai fait un beau S, mes tours sont descendu car j’ai trop anticiper le facteur de charge au collectif et on est arrivé pile dans le champ. J’étais content de moi ^^

On repart, on en refait une petite plus loin, RAS puis retour à Annecy. Autorot’ sur la gazonnée donc je demande à faire toute la gestion des gaz. 

J’ai déclenché l’autorot et on était parfait tout le long, vitesse bien calée à 65 kts, les tours pile dans le vert. parfaitement sur le plan pendant 2 minutes… j’avais envie de lui faire des démonstrations des commandes, tellement on avait le temps, mais je n’avais pas envie de perdre mon beau plan et mes paramètre.. bon j’aurais du faire quelques démo, car, c’est vrai, on s’est un peu fait chier lol

j’ai remis les gaz pendant le flare et l’autoro était bien 🙂

Je suis assez content de mon vol, je suis mal parti, le temps de comprendre comment fonctionne le gov en autorot’ et tout mais j’ai eu tous mes champs ( oui, sauf un :p )

 

Vol 10 :

La navigation.

J’ai préparé la Nav Annecy <-> Belley ( à prononcer bhêûlaaaiiiiis :/ )

Gilles m’attendait dans l’hélico, j’ai trop eu l’impression d’être le vrai instructeur ou l’élève attend 5 minutes B-)

Il fait une mise en route rapide et on part. il fait un décollage nickel chrome. Premier point :Whisky , que je ne connais pas, donc je fais vraiment la NAV CAP/Montre et on est parti. Je trouve le point, ensuite, on doit monter pour passer un massif et arriver sur Culoz. J’ai le timing correct. Gilles me demande de bien lui expliquer, mais je ne suis pas bien fluide. On arrive sur le bon timming, on prend tel CAP, les paramètres sont dans le vert, les voyant éteinds, RC hors du jaune, la conso est cohérente, on anticipe le prochain point de repère.

J’avais noté plein Sud du coup j’avais l’impression que j’allais me paumer.. Gilles, lui, savait exactement où on était. j’ai pris la décision de faire un droite gauche pour passer une petite vallée et arriver pile face à Belley. J’avais peur de me louper et que Gilles me laisse galérer, mais en fait c’était la bonne décision.. Ouf, rapidement je suis en vue de la piste. J’ai fait une intégration en faisant vertical, éloignement et début de vent arrière. Il m’a challenger sur le tour de piste, et je l’ai fait assez proprement . 

Gilles décolle, là il est brouillon, je le guide, et corrige légèrement son surfcontrol. 

On repart, j’avais choisi de rentrer par Alby, et il me dit qu’on va visiter un peu le nord. 

Banco, on va arriver par Novembre Whisky et je verrais la procédure d’arrivée direct. On a cheminé un peu le long du Rhône, j’avais une vague idée d’où on était, et Gilles m’a confirmé. En vu d’Annecy, j’appelle et demande une autorot’ sur la principale. On s’est mis verticale et on a fait une super belle complète.

Enfin un vol dont je suis content, ouf !

Aller cette aprem, encore mise en autorot’

 

Vol 11 : 

Mise en autorotation, normalement PTU et PTO mais nous n’avons pas encore briefé.

Mise en route, il arrive encore à me piéger GRRRRRRRR !! il a mis en stationnaire en laissant les frictions, donc il me dit que c’est super dur les commandes, je prends pour vérifier.. ah ouais, le temps de comprendre que c’est les frictions, je nous repose. Le pire c’est qu’il a mis en stationnaire super propre et j’ai trouvé ça pas évident de nous reposer. J’imagine qu’avec un jeune élève il aurait bien galéré.

Résumé pour la MER, toujours tenir le cyclique ! vérifier la poignée des gaz lors du démarrage du moteur, vérifier que la porte est fermée, que le GOV est ON, que le frein est enlevé. Bon c’est déjà pas mal, je me demande ce qu’il va me trouver maintenant !

Je dois être son élève préféré car je tombe dans tous ses pièges :/ lol

on décolle piste 04, il me fait voir le décollage limite puissance. Donc on ne touche pas au collectif du tout une fois que l’on a mis le cyclique en avant. on devait laisser la main sur la cuisse :O on s’est enfoncé un peu au départ, puis de plus en plus, j’ai mis la main par réflexe sur le collectif, sans le tirer, on a frotté un peu la piste puis on a accroché et on a décollé ^^

Aller direction Chambéry, pour des autorot’, je lui fais la démo de la première et elle était pas mal, j’ai remis les gaz à la fond, tout nickel. Ensuite on repart pour un TDP et autorot’, je lui demande de me faire la restitution de l’élève. Je me dis que ça va être tendu Natasha. En effet, j’ai mal briefé la mise en autoro’, je lui ai dit qd tu veux, et il a commencé à mettre le pas en bas tout doucement, j’ai voulu accélérer le mouvement et j’ai baissé les gaz en même temps, du coup on a perdu les tours et j’ai galéré à les reprendre en maintenant la vitesse, et en évitant les sur régimes. Putain on est arrivé au sol j’étais rincé du truc lol trop chaud. Aller on recommence ! on refait un tour, ce coup ci je compte pour la mise en autorot’ on déclenche et le nez tombe, donc on prend de la vitesse, donc cyclique arrière donc les tours montent et j’arrive pas a bien lui donner des conseil et en même temps tout corriger. A un moment j’avais un peu relacher les gaz donc ils remontaient, en m’en rendant compte j’ai coupé les gaz d’un coup, on a fait 45° de lacet à gauche puis on a perdu les tours car j’étais le pas au milieu, (note pour plus tard : baisser le pas si besoin de rabaisser les tours)

Bon on arrive au flare, je remets les gaz un peu brute encore donc lacet à droite :/

Pas top,

aller on en refait une !!

ce coup ci je l’empêche de laisser tomber le nez en gardant un léger cyclique arrière, donc pas besoin de courir après les tours, j’ai eu plus de temps pour lui donner des conseils pour la vitesse, tout en restant attentifs à bien gérer les tours. 

j’avais mis assez peu d’essence donc on doit déjà rentrer. 

Pour le décollage j’ai refait un limite puissance, on a glissé un peu sur la piste et on est parti ^^

Je me posais une question, il existe sur certains hélico un voyant qui indique “full throttle” signifiant que l’on est plein gaz et que l’on demande plus de puissance, les tours vont baisser. Si on a pas ce voyant, je me demandais si on pouvait tester de tourner un peu la poignée pour se rendre compte d’où elle en était. réponse : t’es fou : tu risques un sur régime.. oops

Sur le retour Gilles m’a dit de monter pour me montrer un truc. On est monté à presque 6000 pieds, à 30 kts, et toujours en montée, on tirait le pas de plus, on pouvait tirer 23 max 24, et on a vu qu’à 23 pouces on commençait à perdre un peu les tours, tout en étant toujours en montée. Donc on aurait pu se poser car on aurait eu 23 pouces EZ

Aller retour, je demande un autorot’ sur la gazonnée, je veux la faire en tant qu’instructeur et Gilles l’élève. Je le briefe bien avant et on déclenche. On est vlà trop long. Il me demande s’il peut faire quelques S pour perdre de l’altitude, pas de pb, je reste bien sur les tours et je contre bien tout, on est encore trop long, donc nouveaux S. Bon un vrai élève n’aurait jamais réussi à faire aussi bien, mais du coup j’ai bien géré les tours; c’était bien kool. J’ai remis les gaz ds le flare puis on a été se poser proche des pompes. Je n’ai pas fait un kiss alors Gilles m’a dit, AIE mon dos !! JE pense que Romain et moi allons le rendre cardiaque si ca continue et qu’il va finir avec le dos en miette lol

Bon j’étais mal parti sur ce vol, la nouvelle charge de travail de gestion de l’autorot’ était chaude mais j’ai quand même bien progressé sur la fin. JE fini donc mieux la semaine que je ne l’ai commencée

 

Aller nouvelle semaine.

Vol 12 : Mise en vortex et panne stationnaire.

J’aimerais bien commencer la semaine, ou à défaut, pas mal :/

On a fait les briefings et je n’ai jamais fait l’exercice de mise en vortex. 

Gilles à fait une mise en route rapide, j’ai qd même vérifié qu’il ne me tendait pas de pièges, et tel a été le cas.

On prend  la route d’Albertville, le temps de mettre en route et de décoller, une averse a recouvert tout Annecy :O, RAS jusqu’au SUD du lac d’Annecy, on est monté assez haut, 5000 pieds, puis Gilles m’a démontré la mise en vortex. On ralentit jusqu’à V0, on perd l’accroche, ça tremble, ça devient délicat aux pieds et normalement les laines se retrouvent vers le bas, mais elles étaient collées à cause de la pluie. On tire la puissance pour augmenter le flux d’air, limite un léger cyclique arrière, et hop on commence à descendre presque -1000ft/min, si on continue de tirer le cyclique le taux de chute augmente encore :O on a fait la méthode standard pour sortir, donc cyclique avant puis on sort du flux d’air. On a perdu pas loin de 600 pieds. On recommence et je m’en occupe. Ca y va plutôt bien en fait, on a fait la méthode de Vuichard pour sortir, donc pieds de puissance ( le gauche en robinson), manche opposé et on tire la puissance. On est sorti direct et presque pas perdu d’altitude. On a refait un dernier essai avec la méthode de sortie standard puis direction Albertville pour les pannes stationnaires. J’ai fait la démo complète. J’étais un peu haut donc j’ai fait V0 pour perdre de l’altitude, Gilles m’a montrer qu’un petit 360 en même temps faisait descendre plus vite, puis on a fait la glissade de côté, on avait bloqué l’aiguille du vario à -2000ft/min 😮 Du coup, j’ai voulu reprendre ma vitesse histoire qu’on ne loupe pas la piste et j’étais trop concentré que j’ai tardé à remettre les gaz, donc pendant le flare… ben j’ai pas flare pour ne pas faire de gros sur régime. 

On translate sur un parking en herbe. Gilles me fait la première démo, puis je m’occupe des gaz, je suis un peu timide sur les premières, voire même je ne coupe pas assez. On prend toujours nos 45° à gauche. Au fur à mesure j’arrive un peu mieux décrire ce que je fais pendant l’exercice, mais il faut dire que ça dure à peine une seconde. On en a fait une bonne douzaine et je dois avouer que je m’attendais à pire.

On est rentré dans des turbulences et des averses assez folles, on a croisé le dragon a qui Gilles à fait un ptit message ^^

puis arrivé sur Annecy Grand soleil :O

J’ai voulu refaire le tour de piste que j’avais salement foiré la semaine dernière….

Bon je dois me rendre à l’évidence, je ne sais plus faire un pu*ù$ù* de tour de piste :/

Je suis trop lent tt le temps, la finale était mieux mais la vent arrière et la base, bof bof.

Au posé je voulais en faire un beau sur les lignes au sol, j’ai fait plusieurs pas super, manifestement je n’ai pas encore bien l’habitude de la place gauche 😮

Bon un vol pas mauvais en somme, prochaine étape, de nouveau autorot’ et procédures d’urgences

 

Vol 13 : de nouveau autorot’, PTU PTO et procédure d’urgence.

On met en route et on décolle rapidement, Gilles est tout crispé et fait de grands mouvements. 

RAS, on décolle. Sur le chemin je lui fait le voyant OIL allumé, il met direct le pas en bas :/

Je le reprends en disant qu’il faut confirmer sur la jauge de pression d’huile, on recommence et il refait la même :/ Bon il fini par regarder la jauge et je lui dit qu’on est dans le jaune donc qu’on va se poser en dessous de nous. On descend dans un champ et je remets les gaz à 150 pieds sol. Ensuite on a le voyant ALT qui s’allume, il me parle d’altitude, je suis obligé de le reprendre pour qu’il se rappelle que c’est l’alternateur. Sachant qu’on est au point d’entrée de Chambé, je lui dit que c’est réparé ^^

Je demande un tour de piste pour l’arrivée sur Chambé, voir si je suis CAP d’en faire enfin un bien :/ et tel fut le cas B-) toujours pas parfait mais les paramètres étaient bons et mes explications étaient présentes.

On demande pour décoller pour une autorot’, on la fait dans l’axe, on est un peu pressé par un avion, je fais la démo, toujours pas parfait :/ on recommence, toujours avec l’avion qui nous presse et c’est mieux mais pas encore top. Je laisse un peu les tours monter et descendre, et sur la première j’ai limite baissé les gaz avant de baisser le pas :/ PAS BIEN

on est a fait 3 4 puis Gilles a fait l’élève, c’est qd même chaud, j’ai des phases ou je suis obligé de me concentrer pour rattraper un truc et du coup je ne parle pas trop pour commenter quoi faire.

On attaque ensuite les PTU, donc on est en sens inverse de la piste et on fait un 180° pour la chopper. Premier essai pas top, on a refait et c’était mieux, problème de gestion des tours au début. Ensuite Gilles fait la restitution et il a été plutôt bon. A un moment j’ai bien monter le pas pour que les tour baisse mais je ne suis pas redescendu lol

Bref ensuite PTU donc on est vertical de la piste et on fait un 360 en descente pour aller la chercher. On en a fait 2 je crois, Gilles faisait l’élève parfait, il n’avait même pas besoin de regarder l’aiguille des tours pour baisser et monter le pas, tout à l’oreille, sale tricheur !

Bon j’ai encore à progresser sur ces autorot’ ça me demande encore pas mal d’attention et du coup j’ai du mal à bien parler pour commenter ce qu’il faut faire. 

durant le lot on en a fait 2 complètes, une de bonhomme et un parfait ^^

au retour sur Annecy, La tour nous demande d’arriver sur le circuit hélico, pas pratique en 22 du coup j’ai demandé à faire un tour de piste pour prendre la piste, j’ai vu Gilles faire un pouce, il était fier de moi que je ne me sois pas fait embobiner par la tour et que j’ai imposé un peu ce que je voulais ^^

on a refait un PTU sur la piste en dur, plutôt pas mal, je sens que Gilles est encore assez présent aux commandes sur le flare et la prise de contact avec le sol. On a ensuite translaté au parking ou j’ai fait un joli posé ^^

Bon je vois après ce vol que je ne suis pas encore prêt pour l’examen et qu’il y a encore du boulot. 

 

Vol 14 : RECO DZ 

RAS jusqu’à notre premier champ, on choisit un champ entouré de forêt. Bon sur la route les piles du casque BOSE A20 d’alpes ont rendu l’âme, donc le bruit est devenu bien désagréable. 

Je commence à faire la démonstration de la reconnaissance de mon Suisse de collègue. Il y a bien tous les éléments. Donc je fais ma démo, les paramètres sont toujours fluctuants, et je ne suis pas bien fluide dans mes explications. Je prends relativement mon temps et on a bien fait 2 tours pour que je décide d’y aller. Ensuite pour le troisième tour, c’est le passage puissance. J’ai encore un peu de mal à afficher les 40kts vario 0, putain ça me soule !!! Bref je vois que la DZ passe tout juste donc je décide d’y aller. Lors de mon approche je me vois un peu haut donc je fais une remise de gaz pour être sûr de ne pas rentrer dans la fenêtre de vortex puis je demande à Gilles de me faire l’approche. On arrive bien ds l’effet de sol avec la puissance. On va se faire un décollage oblique. Je fais la démo, je suis parti un peu trop vertical sur le moment puis j’ai pris ma vitesse ensuite. et, encore une fois, pas super fluide dans mes explications. 

On va ensuite sur une autre DZ, une rive au bord de la rivière. une sorte de grande plage en galets. Gilles me fait la restitution, il la fait plutôt bien. Du coup, de mon côté d’instructeur, c’est plus facile de voir les erreurs de l’élève. Je lui dis qu’il descend, ou perd de la vitesse. On prend bien nos repères et on décide d’y aller. Il me fait un beau circuit et on se pose nickel. C’est ce qui fait rêver en hélico en fait. Gilles en profite pour descendre et me donner des piles pour mon casque. C’est reparti. On rentre par la montagne pour se faire une ou deux petites DZ. Une première qu’un collègue de Gilles lui avait donné, assez touchy qu’il a fait avec Brio. J’ai découvert qu’entre les poteaux des remontées mécaniques, il y avait, évidemment le cable des remontées, mais aussi des câbles volants entre 4 ou 5 poteaux donc assez dur avoir :O

Allez une petite dernière au dessus de Thone, je fais mon approche et me rend compte que je suis un peu trop haut, donc  aller remise de gaz. 

et on est rentré.

 

Vol 15 : RECO DZ

On a un nouvel hélico à cause d’une maintenance, le Oscar Papa. Je fais la mise en route car Gilles, ce ministre, est au téléphone. RAS, mais la tour tarde à nous donner les clairances :/ Du coup on teste un peu l’hélico dans l’effet de sol. Il demande pas mal de puissance d’ailleurs, mais j’aime bien le collectif. 

La tour finit par prendre ma demande de sortie par Novembre Whisky.

Je fais quelques variations de vitesse, car c’est un de mes points faibles en ce moment. 

Il commence à pleuvoir, comme depuis les 4 semaines où je suis là d’ailleurs :/

On se choisit un premier champ, un peu enclavé dans une forêt. Je fais la démo, est encore une fois, même si les paramètres sont mieux, je ne suis pas fluide dans mes explications, il y a quelques blancs que je dois mieux animer. On attaque le passage puissance, on est juste juste mais on peut y aller. Je fais l’approche, mais je change un peu d’avis en cours pour éviter de ne survoler que de la forêt et avoir un bout de champ plus longtemps en dessous de moi. Du coup c’est un peu merdique comme approche, bon, je fini quand même  pile ou j’avais prévu. On fait un décollage oblique, il est pas mal mais j’oublie quelques explications, notamment le disque rotor au-dessus des obstacles !

On repart pour une autre DZ, on en choisit une autre assez enclavée en forêt, le long de l’autoroute. Gilles me fait la restitution, c’est quand même plus simple de mon point de vue, j’ai juste à vérifier les paramètres de l’élève du coup. Son approche me semble trop haute à l’arrivée donc on remet les gaz. Sur la seconde, je sens un peu la même chose alors j’ai voulu que Gilles me montre mais on s’est “confusé” entre son rôle d’élève et son rôle d’instructeur, donc j’aurais remis les gaz et il m’a fait arriver au sol. On ne voyait pas très bien à cause de la pluie en plus. Il y avait une biche dans le champ mais je ne l’ai pas vue. Nouveau décollage oblique léger ou on voit bien qu’il demande pas mal de puissance qd même ce petit Oscar PAPA. Aller on rentre à Annecy, on se fait une autorot’ ou je fais la démo. Putain j’ai vraiment du mal à bien décrire ce que je fais pendant que je le fais, c’est fou. L’autorot’ en elle même n’était pas dégueu, toujours les tours ds le vert et les vitesse, bon j’avoue, je suis parti de 60 kts donc moins de tours à gérer au départ :p 

mais j’ai des phases ou je suis concentré et ou je ne parle  pas vraiment. En plus je visais la piste dure et à la fin Gilles m’a fait remarquer que je devais finir sur la piste en herbe, ce que j’ai pu faire pile poil. J’ai remis les gaz un peu brusquement, le temps de m’habituer à la nouvelle poignée des gaz, que je trouve plus souple que celle d’avant. 

Bon encore un vol mitigé, ça fait chier, ça fait douter 

 

Vol 16: Révision déco std, TDP, VORTEX

On décolle direction Albertville. RAS pendant la sortie de la CTR d’Annecy. une fois sortie je lui fais des démos de changement de cas de vol. On a un peu de mal à se comprendre au départ car je lui dit que l’on va faire une montée et il me demande et ensuite en boucle :/ on dirait qu’il a buggé :/ 

En fait, il voulait faire des enchaînements. Donc au final on part sur une descente de 500ft, un palier, une montée et directement une descente. La démo n’est pas mal, mon flot de paroles s’améliore un peu. Ensuite quelques variations de vitesse en palier, même constat, c’est un peu moins pire. On a pris de l’altitude pour tester la mise en vortex. Je n’avais pas vu l’inversion des ficelles lors de mon premier vol car elles étaient détrempées. Donc petite mise en vortex, il vient assez bien, et j’ai bien pu voir les ficelles s’inverser. J’ai fait la sortie standard. On en a refait une, on était encore bien haut, avec Vuichard, donc pied de puissance, manche opposé pour sortir par le côté et nickel aussi. Le temps de faire tout ça, on était déjà au col du Tamier, je me suis donc annoncé pour Albertville. Gilles m’a demandé de refaire une intégration standard, ma dernière ne l’avait pas convaincu. Je me reporte donc en vertical, regarde la manche à air et voit que l’on tourne sur la piste 23. Procédure d’éloignement avec une chaussette car un hélico était en train de décoller, je devais faire ma démo impec ! Je donne bien les points de repères à Gilles, les check, la RC tout nickel… jusqu’au virage en finale 🙁 mon porte VAC est tombé à mes pieds et cela me gênait, je l’ai donc remonté comme j’ai pu et j’ai pris un taux de chute de presque 1000 FT/MIN et je suis passé sous le plan. Bon rien de dramatique j’ai fini mon posé comme il fallait. Aller on se refait un TDP. Gilles me fait la restitution de déco standard. Il y va comme un bourrin.. bon, je fini le tour de piste, bien mieux que le précédent, mais toujours améliorable. On a fait un peu de travail sol le temps qu’un gros hélico se pose. Il a maintenu la piste donc on a décollé de l’herbe. Il m’a refait un déco, plus propre que le précédent, il a bien écouté mes conseils ! 

Aller on rentre, on s’est refait un petit Vortex après le col du Tamier et un peu après…PANNE :O Je sentais qu’on était face au vent et le seul champ bien était sous nous, alors go PTO, je l’ai assez bien faite et je suis arrivé dans mon champ, on a vite remis les gaz et on a longé les montagnes à l’est du lac pour le retour, il y avait quelques parapentes alors on ouvrait bien les yeux. On est rentré et je lui ai demandé une restitution de l’autorot’ en ligne droite. On a un peu galéré à tout stabiliser, puis j’ai remis les gaz pour le flare. Translation et posé, que j’ai refait pour en faire un propre.

 

Vol 17, sorte de test blanc avec Geoffroy.

Donc premier vol avec Geoffroy aujourd’hui, j’en ai entendu que du bien alors j’ai hâte !

en montant dans l’hélico je vois que le robinet de carburant est sur off, je sens le piège direct ! Ça promet, je le laisse faire la checklist, il me dit que c’est bon…. nan, nan , nan, j’ai vu le robinet sur OFF ! Pas de piège pendant le reste de la mise en route jusqu’à ce que je le vois fermer sa porte, j’ai testé direct.. elle était ouverte ! quel petit sacripant ! Mais Gilles m’a bien formé sur la MER, je suis tombé dans tous ses pièges moi :/

je le laisse tout faire, il va un peu vite en translation, j’aurais dû plus le brider. On décolle pour Chambéry. Sur la route il m’a fait des restitutions de changement de cas de vol puis on est monté à 5000 ft pour faire une démo de vol autorotatif. J’ai bien mis 10 secondes à avoir mes paramètres, et une fois stable je lui ai montré les effets des commandes : le collectif pour monter et descendre les tours durablement. Puis le cyclique, la même chose mais plus temporaire. J’aurais dû nous donner une altitude plancher, mais je l’ai fait quand je nous sentais bas ( mais on avait encore de la marge). On est remonté un peu puis il m’a refait l’exercice. Il a eu ses paramètres instantanément lui :p puis la même démo, on était plus lent, donc on voyait mieux les effets. Ensuite intégration pour un posé de précision sur la piste. On choisit le point d’aboutissement au début de la piste en herbe au niveau des chevrons. Il a les commandes et ma méthode est de faire une VI constante à 40 kts en jouant le plan avec le collectif. on arrive pas mal sur la fin mais le lui remonte le pas à sa place. Je dois plus laisser l’élève se rendre compte des ses erreurs et de ses corrections. Du coup on recommence, tour de piste rapproché, on s’annonce en vent arrière, en étape de base, en finale, et d’un coup, un avion d’annonce en finale et nous passe juste dessous :O (il n’y avait pas la tour, on était en auto info) et il ne nous a pas vu du tout :O Bref, il faisait un touch, donc on a continué, je sentais que la fin d’approche était merdique, je lui disais de corrigé, une fois… deux fois et j’ai repris, en disant quelques secondes trop tard à moi les commandes. Donc je dois le dire en même temps que je le fais, pour éviter un éventuel conflit aux commandes. On redécolle et on rentre, cela fait déjà un moment que l’on vole. Sur le retour on fait une petite DZ, une petite piste de modélisme. J’avais demandé à Geoffroy une démo d’approche à angle fort, n’étant pas très à l’aise avec l’exercice. On ne voyait pas trop d’où venait le vent, donc on a fait deux approches pour se rendre compte. Une fois repéré, on y est allé. Bon l’approche s’est bien passée malgré l’angle fort. Il m’a montré les erreurs à éviter lors d’un décollage oblique, notamment de laisser partir le nez vers la droite. Cela demande beaucoup de puissance de mettre le pied à gauche pour le redresser, et on a besoin de la puissance pour monter, en plus cela nous met dans un risque de LTE le vent finissant dans nos 10H.

On repart pour Annecy, on demande une autorot’ dans l’herbe. Il me fait une démo de demi tour aux pieds et de “dérapage” pour perdre de la vitesse et s’aligner. Nickel.

Au posé, il galère bien, je suis obligé de le reprendre plusieurs fois. Puis, pour couper, il m’a tourné la clé comme en voiture, j’ai juste eu le temps de dire “nan pas la clé” et paf, putain faut être quand même pret à tout avec un élève :/

Bon vol, je suis plutôt content, il a trouvé qu’on avait un bon niveau avec mon ptit Suisse :p

 

Vol 18 : Quick stop et révisions autorot’

Gilles met en route et on décolle, il fait l’élève qui n’a pas volé depuis un moment, donc un peu brusque et de grandes amplitudes de mouvement. Décollage dégueu, puis on trace vers Chambé. Sur la route, alors qu’on discutait pépouze, je lui demande si c’est normal cette petite fumée, cette petite odeur de brûlé.. il m’a guetté… genre tu me fais ça à moi ? un feu électrique ? alors je lui ai redonné les commandes, il s’est mis en autorot’ direct lol,

Bon ensuite on a repris, on a ouvert les aérations, coupé, pour de faux la batterie, un petit rappel de ce que l’on perd et ce que l’on garde. puis on continue vers Chambé, le terrain est encore en auto info. On va se faire une autorot’, je lui fait la démo. plutôt bien, les paramètres sont venus vite, j’ai pu bien lui dire ce que je faisais, et même une petite démo de l’effet du collectif. Pendant le flare j’ai mis les gaz un chouille tard, du coup on l’a mis ensemble car il trouvait aussi que c’était tardif. Aller exercice de quick stop. Je lui fait la démo, et cela fait 3 ans que je n’en ai pas fait en fait :/ 

ma démo n’est pas top, je suis resté assez bas et j’ai cabré d’un coup lol

Bon Gilles me remontre et je refais. On en a fait 3 4 plutôt bien. Il faut bien penser à décrire ce que l’on fait sur la fin. On redécolle pour une autorot’ en PTU, je vire un peu court en vent arrière rapprochée et je laisse descendre ma vitesse à 45 ds  le virage, Gilles me fait la réflexion.. oops, avec ci virage court, je n’ai pas de temps pour commencer mon exercice alors je l’expédie un peu, en plus je suis un peu loin, on arrive quand même sur le terrain mais tout juste… bon j’ai remis les gaz plus tôt et on aurait eu le champ, j’ai qd même bien tenu les paramètres donc ça allait. 

On recommence pour la restitution de l’élève. Gilles me prévient qu’il fera le nouveau flare qu’il a vu en Suisse hier. On redécolle et Gilles tient les commandes, il se retrouve à 45 kts ds le virage… bim j’ai pu lui faire l’instructeur B-) on s’est donné plus de temps et on a vraiment rapproché la vent arrière, je laisse Gilles faire et ne corrige que si nécessaire. 

Le flare Suisse est assez doux ou on atterrit comme un avion, pas forcément à plat. 

Nickel, on repart pour Annecy. Je luis fait un petit voyant MR CHIP sur le retour et on s’annonce sur Annecy. Il y a pas mal de monde ds le circuit et la tour me donne une direct pas pratique. J’ai demandé un tour de piste pour la 22 et une autorot’. Pas de pb, on a fait notre autorot’ nickel 🙂 on translate au parking et à table.

 

Vol 19 : Approche de précision panne de Gov

BIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiim j’ai la date de mon test : pile dans une semaine :O

Vendredi 04 Juin, briefing long sur les phénomènes dangereux et briefing court sur l’approche de précision.

On décolle pour Chambéry, on fait quelques changements de cas de vol et on attaque la panne de GOV, je n’ai rien compris au principe en fait :/ moi je voulais couper directement le gov et gérer les tours directement. Super pas, on fait découvrir à l’élève comment reconnaître cette panne en faisant varier un peu les tours moteur, en constatant les mouvements de lacet, les aiguilles qui bougent et le bruit moteur. Expliquer ensuite que le GOV ne gère que 5% des gaz et le reste vient de la corrélation GAZ/PAS mécanique. Faire des mouvements de collectif et constater que les aiguilles ne varient pas tant que ça. Rappeler comment tourner les gaz etc…. Bref je refais ma démo et on fait une approche bien plate à chambé. Il y a pas mal de monde sur la fréquence, c’est un peu relou pour parler à son élève. on arrive en approche plate, pas super top. On redécolle pour le refaire. c’est tout mieux, mais pas encore assez explicite. Je lui fais ensuite la démo des approches de précision, mon futur sujet de test. J’ai vu que ma méthode n’est pas celle std en fait, je fais en fait une approche à vi constante à 40 kts. Ma première démo n’est pas terrible et en plus mon flot de paroles est sans arrêt interrompu par la radio. Seconde démo meilleure techniquement mais encore difficile de parler à certains moments 🙁

On redécolle pour une petite autorot’ en ptu. Je merde un peu les tours au départ et bon an mal an, j’arrive sur le terrain mais ce n’etait pas terrible. Gilles reprend les commandes pour re-décoller, et on déclenche la PTU, du coup je pensais le faire et Gilles aussi. Donc c’était de la merde 🙁

Aller on rentre à Annecy, je refais le déroulé du GOV et c’était mieux maintenant que je vois comment démontrer cette panne. D’un coup il me dit “panne”, j’ai encore mal géré les tours au début en voulant absolument trouver un champ. Pas top, et j’ai choisi un champ pas pratique alors que sur notre droite il y en avait plein. Mais bon je suis qd même arrivé nickel dans mon champ.

Retour Annecy et Gilles me restitue l’autorot’. Je gère les gaz, on déclenche et je le corrige trop vite lorsqu’il y a des variations de tours, je dois plus lui dire. on Flare et c’est OK. On rentre et à demain/

 

Vol 20 : PTU moteur

Aller direction Albertville ce matin. Je suis arrivé de bonne heure pour préparer la machine et pouvoir décoller tôt. 9H on décolle. Passage par Sierra Alfa puis je lui fais la démo d’un changement de cas de vol. Je prépare bien mon truc et tout et dans la première descente je me retrouve dans une montagne 🙁 sinon c’était pas mal, j’avais bien pensé à tout.

On refait et c’est pas trop mal. On arrive sur Albertville, je m’intègre et je fais un PTU toute pourrie, pas du tout comme Gilles voulait. en fait il souhaite faire comme une PTU en autorot’ mais avec moteur, donc on tourne en se mettant en descente direct. En plus j’avais des paramètres tout pourris. Allez on remet les gaz directement ! 

Second essai, pas beaucoup mieux, j’ai ralenti trop vite à ses yeux, dernier essaie, un peu mieux mais qd même naze 🙁 

On se pose pour aller voir le bureau de piste. On a un peu soufflé les parasols du restau… OOOOPS

on redecolle et on rentre sur Annecy

il me fait une autorot” en campagne, plutôt bonne j’ai bien eu mon champ et j’ai mieux geré les tours. Gilles me fait une restitution d’autorot”, il a bien joué.

et on rentre pas super mon vol 🙁

 

Vol 21 : Approche de précision, Vortex, préparation du test.

J’ai choisi d’aller à Albertville pour mon examen, À chambéry c’est cool, mais s’il y a du monde sur la fréquence c’est trop galère de parler. Donc direction Albertville pour ce ptit vol. On se fait quelques vortex en route puis une détection de panne de GOV. Arrivé à Albé, je fais une intégration standard et on va essayer de bien choper le repère cabine pour se mettre en descente directement bien le jour du test. En plus je vais essayer de faire une réduction de vitesse durant l’approche, au lieu de faire une approche à 40 kts constante. Première tentative pas terrible, j’ai viré un peu tôt, du coup pas le temps de bien présenter l’exercice, du coup on est assez haut et on arrive pas parfaitement. On refait un ptit tour de piste pour refaire un essai. Le second essai n’est pas vraiment mieux, mais j’ai mieux expliqué pendant l’approche. Dernier essai pas mal, j’ai pris de bons points de repères pour les virages et les mises en descente. On décolle et on va se faire une ou deux DZ dans la campagne. On choisit un premier champ, et je me mets en descente, je nous trouve toujours trop haut moi d’ailleurs c’est fou : / donc je travaille bien le plan et on arrive plutôt nickel. On s’en tente un petit dernier, je fais tout au feeling, je chope le plan directement bien, je peux donc montrer comment travailler le plan et j’arrive parfaitement, ce *$DOH!%$ de Gilles m’a demandé si c’était vraiment moi tellement l’approche était belle 😀

Aller on se rentre par le massif des Bauges, c’est vraiment beau, sauvage, tout vert et PANNE ! merci Gilles, je gère bien mes tours direct, la vitesse, plus qu’à se choisir un champ, bon, il n’y a pas vraiment le choix dans notre petite vallée, n’étant pas sûr du vent et sans indice je choisi de me poser dans l’axe. Je choisis donc un champ et j’arrive pile dedans, en faisant bien gaffe aux lignes un peu partout. On remet les gaz et on rentre à Annecy. Je propose une restitution à Gilles d’autorot’, on a une autorot’ dans l’axe sur la gazonnée. Gilles laisse exprès monter les tours, je lui dit de faire gaffe, de faire gaffe mais je reprends trop tard, donc il les a contré lui-même. C’est pas facile de savoir juger car si je les reprends trop tôt il râle et trop tard il râle aussi :/ sachant qu’entre trop tôt et trop tard c’est quelques pouillèmes de secondes :/ Bref on arrive à Annecy et on va se garer près du hangar. 

Je suis content de mon vol, c’était mieux que ce matin, et encourageant pour mon test dans une semaine :O

 

Vol 22 : encore approche de précision

La météo est vraiment mauvaise, plafond bas, il pleut. Allez on décolle pour Chambéry. On slalom et on passe au-dessus de certains petits nuages. On arrive en vue de Chambé, la tour nous demande de la rappeler en milieu de vent arrière 36. Il y a un beau nuage pile entre nous et la piste. Pas possible de virer en base, tant pis, on se déroute vers Challes les eaux que l’on voit nickel. Je n’ai pas la VAC avec moi 🙁 heureusement j’ai mon tel, je regarde vite fait pour chopper le tour de piste. Il y a un H, parfait pour mon exercice. il faut qd même slalomer entre les nuages mais on s’en sort. J’éloigne un peu la vent arrière sur la fin et la prolonge aussi. On fait un genre de chaussette pour s’aligner entre les nuages. je fais la démo de la précision, et on arrive plutôt bien sur le H. Encore améliorer le flot de paroles. Gilles me fait la démo, il arrive pas mal mais traine à descendre, je nous vois trop haut, hop je reprends les commandes et remets les gaz. C’était ce que Gilles attendait. On repart pour Chambéry, ce coup ci on s’annonce en longue finale 36. Je dois slalomer entre les nuages et je sens que Gilles serre les fesses :O

En longue finale, j’amorce la descente, et on se traîne un moment, mon point d’aboutissement n’avance pas :/ La tour me demande de dégager la piste mais je lui demande un retour à Annecy, il y a un autre Hélico en finale… La tour lui demande de remettre les gaz. Du coup, nous, on repart pour Annecy. Gilles me dit de faire une approche de précision dans un champ pour travailler le plan. on se met d’accord sur un champ et j’y vais. Je suis “monstre haut”, comme il dit. Donc gros taux de chute, mais on n’attrape pas le plan correctement alors on remet les gaz. On se prend un champ juste derrière, je me mets en descente rapidement, je commente bien et on arrive pile dans le champ, enfin à côté car en descendant j’ai remarqué qu’il y avait un fil tendu à ras du champ. mais bonne démo. Aller on rentre sur Annecy, la tour nous propose une longue finale sur la 04, on doit encore slalomer pour s’aligner. Gilles me fait la restitution de l’approche de précision plutôt bonne dans l’ensemble, on arrive pile ou on visait avec de la puissance. On translate aux pompes, Gilles se fait un peu plez avec le 22 ds l’effet de sol. 

plus que 2.1 et c’est le test après demain :O

 

Vol 23 : Répétition générale :O

On part pour Albertville. La météo ne s’est pas arrangée depuis ce matin. Le plafond est posé sur Annecy. On arrive à sortir par Echo mais Echo Alfa est inaccessible alors on longe le lac. Une fois sur le lac, le plafond est plus haut. A la fin du lac Gilles me pièges avec une autorot’ inattendue. Je gère les tours bon an mal an et la vitesse. N’ayant pas une bonne conscience du vent, et sachant que c’était faible à Annecy, je décide de poursuivre dans l’axe dans le champ en face. Je l’aurais eu mais on avait un léger vent de cul :/ On arrive sur Albé, intégration standard et je fais une démo à Gilles, bon il presse un peu mes virages et du coup je suis un peu haut et la précipitation me fait faire une démo passable, il en a conscience et me dit qu’il ne dit rien et il me laisser refaire une démo. 

Je prolonge un peu la vent arrière pour être tranquille, je prends un bon point de repère mais je ne m’aligne pas parfaitement, bon je corrige en descendant et je fais mes réductions de Vi et de taux de chute, on arrive nickel et mon flot de paroles est bien. On translate pour faire quelques panne en stationnaire. Je fais une première démo trop mignonne. On était à 10 cm du sol et j’ai coupé les gaz tout doucement. donc on a fait un genre de kiss bien dans l’axe lol. Ça nous a fait marrer. On a refait l’exercice en se mettant plus haut, il faut bien contrer le lacet tout de suite avec le pied, ce que je fais un peu tard. 

Gilles me refait une démo parfait et on repart pour Annecy. On prévoit de se faire une mise en autorot’ et du vol autorotatif sur le retour. Donc je monte bien, déjà pour éviter un banc de nuage, et pour avoir de la hauteur. Je précipite un peu le début de l’exo, mais ma démo est bonne ensuite, j’ai bien le temps de démontrer les effets des commandes et je remets les gaz à bien 500 pieds sol, donc nickel, On rentre sur Annecy et Gilles me fait la restitution. il y a des nuages dans l’étape de base, donc un prolonge un peu pour débuter, on ne voit presque pas le terrain, on se met en autorot’, on doit même contourner un nuage pour s’aligner avec la piste, je remets bien les gaz pour le flare, remise à plat et souuuutient. Pas mal. On rentre sur le parking et je rentre la machine.

 

Vol 24 : Pré test :/

Aller, dernier vol, Examen demain. J’ai pété et répété mes briefing longs et courts, je me sens donc prêt point de vue théorie. Il reste la pratique, Gilles fait l’élève qui met en route, je suis bien attentif a ce qu’il fait, au moment de mettre en stationnaire je vois sa porte ouverte, donc je ne me fais pas avoir 2 fois comme même ( nan je rigole !! quand même :p ) On décolle et on trace pour Albé, je n’ai que 0.9 à faire. Donc pas trop de démo sur le chemin. On arrive à albé et on s’annonce en longue finale 23. Je prends bien mes repères, fais tous les checks et lorsque notre point d’aboutissement arrive à notre repère cabine, je nous mets en descente. Je fais voir à Gilles comment monter et descendre sur le plan, parle bien du câble de téléphérique tendu entre la cabine et le point, le pt de décision, le point de repère après la DZ sur la fin et on arrive nickel. Bon, en vrai j’ai fait un petit palier sur la fin pour arriver pile poil. Mais bonne démo. On redécolle pour une seconde démo. Gilles me dit de me mettre en descente un poil plus tard, il y a un peu de monde sur la radio du coup je parle un peu moins et je ne fais pas la démo du plan. Mais sinon la démo n’était pas mal. Encore en chouille de palier à la fin mais bien. Déjà l’heure de rentrer, je demande de refaire une mise en autorot’ et du vol autorotatif comme hier ou c’était bien. Ben c’était moins bien ce coup ci. je n’ai pas eu mes paramètres tout de suite et j’en ai profité pour montrer à l’élève comme les récupérer, bon ce n’est pas ce que l’on doit montrer mais je trouve cela instructif qd même. 

Aller on rentre à Annecy pour ma dernière autorot’ avec instructeur :O Ben elle n’était pas top. Je me suis un peu pressé, je ne dois pas monter au dessus de 3000 ft non plus, sinon on est trop haut pour bien chopper le plan. Du coup on était un peu long, j’ai fait mon préflare un peu bas, mais j’ai bien remis les gaz et bien remis à plat avec le soutien. On a translaté et aux pompes…. et voilà

je me dit merde pour mon moi du futur de demain !

 

Merci mon moi du passé 😀 j’ai réussi le test, me voilà instructeur de vol :O

 

Vol 25 : Vol de test

Mon examinateur est arrivé vers 11H, on a attaqué direct par le briefing court. Il a l’air super sympa, il m’a bien mis à l’aise pour ne pas que je stress de trop.  Mon dessin sur le tableau était prêt depuis 2 jours et je l’avais pété et répété à Gilles et aux autres instructeurs pour être au top. Le briefing s’est bien passé, j’ai tenu 12 minutes sur mon approche de précision, je l’ai fait participé j’avais eu des ptites idées pour rendre le truc interactif avec des animations et tout. J’ai pu lui placer mes ptites blagues du genre : TEM : la queue 😀 Du grand art, c’est mon début de révolution de l’instruction humoriste. Ensuite, place aux questions, il n’y est pas allé de main morte !

des Questions sur le droit aérien, sur la navigation, sur la météo, sur la mécanique de vol, j’ai du ressortir la courbe de puissance de tête à froid et tout :O Il m’a ensuite un peu piégé sur la formation PPL, que je n’ai pas faite ayant fait un CPL integré, avec les ages minimum etc. Il m’a dit, ok débrouille toi, regarde sur internet dans les PART.FCL, à la place j’ai utilisé Google, j’ai triché lol mais ça les a ( Gilles était présent ) épaté que je trouve aussi vite lol

Bon je m’en suis bien sorti. L’examinateur a trouvé que j’avais une bonne connaissance générale de l’aéronautique et qu’il fallait continuer d’approfondir. 

Place au briefing Long, sur les phénomènes dangereux. Mon power point est nickel et je l’ai déjà présenté 3 fois. Je l’ai imprimé, relié, avec des fiches à faire remplir à l’élève pendant pour qu’on fasse le quizz à la fin. Il n’a pas eu grand chose à dire. Le sujet était intéressant et je l’avais bien bossé. Ils ont déjeuné pendant pour être prêts à partir en vol rapido. J’ai pris des forces rapidement avec des pâtes au saumon et on va à la machine. 

Il m’a fait faire le tour de l’hélico avec plein de questions sur tout ce qui dépasse de la machine, j’ai tout trouvé ^^

On s’installe, et à partir de maintenant, c’est un élève PPL :/

Pendant la mise en route, je vérifie bien tout ce qu’il fait, il m’a fait un seul piège, pendant le test magnéto, il n’a pas remis sur Both, je l’ai repéré tout de suite. Mise en stationnaire, translation, décollage et direction Albertville. Sur la route, j’avais pris ma 500.000 pour faire une initiation à la navigation et au cheminement. Il a bien aimé. Je l’ai laissé faire l’intégration en le guidant puis j’ai repris les commandes pour faire ma démo de l’atterrissage de précision. Je reprends la machine en fin de vent arrière et commence ma démo. Je l’ai trouvée assez propre, j’ai bien eu le temps de lui montrer les actions des commandes, et j’ai fait la réduction de vitesse progressive du coup et pas ma version à 40 kts constants. Une fois au sol, je l’ai regardé pour lui demander s’il voulait faire la restitution, sous entendu s’il validait ma démo : oui !

YES ! une étape de faite. Il reprend les commandes et on repart pour un tour de piste. Il se met en descente super tard, donc on est monstre haut sur le plan. Je le guide pour qu’on retrouve le plan…on le retrouve, et il reste encore haut sur la fin. Je continue de le guider après la décision de continuer. Donc on gère la hauteur au cyclique et on arrive pile sur notre point de repère 😀 re YES !

Aller on part pour une autorot’ je merde un peu la radio, je sens le stress monter, on a fait la moitié déjà et tout s’est bien passé. Je lance mon autorot’, j’ai tous mes paramètres direct, alors je prends la confiance et veut lui faire des démos… erreur 🙁 je fini trop court, je décide de remettre les gaz 🙁 fuck ! Aller on refait une dernière tentative en U. Je prends bien la hauteur et ne m’éloigne pas trop. Mise en autorot’ nickel encore mais j’ai un peu foiré le flare, je n’ai pas assez cabré la machine, et qd j’ai senti l’enfoncement, j’ai soutenu au collectif, donc qd j’ai dit on remet à plat et on soutient, ben j’avais déjà soutenu lol. 

J’ai tenté mais il avait bien vu :/

Fuck 2 autorot’ pas terrible 🙁

il me dit de ne pas me biler, on continue le test aller. C’est dur de rester concentré qd même. Sur le retour, on fait des changements de cas de vol et des changements de vitesse en palier. Il est maintenant examinateur et m’évalue, il prend qd meme la peine de me donner des conseils. Avec toute son expérience, je prends direct 😀

super intéressant le retour jusqu’à ce qu’il y ai une chié de parapente pile au dessus du lac, il me dit, nickel le jour du test :/

Bon on les évite et je dois lui démontrer la panne de GOV. Tout en devant contacter la tour d’Annecy pour un retour terrain. Pareil, pas moyen d’en placer une  :/ trop d’avion partout !

il me redit que j’ai du bol pour mon test lol

je suis toujours dans ma panne de gov, avec une oreille sur la tour pour essayer de placer mon message :/ Même lui fini par en avoir marre et met son doigt sur la gâchette pour chopper la tour lol

Bon je fini par contacter et demande une autorot’ sur la gazonnée. Il y a un avion devant et un derrière:/ va pas falloir merder, c’est ma dernière chance. Je m’aligne bien avec la piste, je lance mon autorot’, j’ai direct les paramètres, ce coup ci je ne fais pas le malin, on est un peu long donc je fais un ptit S pour perdre l’altitude. J’arrive à 300 ft sol, avec mes 65 kts, les tours dans le vert, je prépare la remontée des gaz, j’annonce le pré flare, je flare bien ce coup ci, la remise à plat et le soutien… nickel.

On translate au parking, il me demande la démo du posé maintenant. Je vois les autres élèves qui me regardent me poser :/ Je me pose tout doux ^^ ouf.

Donc je l’ai eu 😀 il a trouvé mon vol plutôt bon, même si j’ai fait 3 essaie d’autorot’, il avait bien conscience qu’il y a le stress, et ma dernière était nickel 😀

Donc petit pot de la victoire le soir à l’école avec toute l’équipe.

Mon petit Romain passe son test en Suisse d’ici 15 jours