Vol test pratique CPL 137.1 HDV Licence validée !!!! :D

Et voilà, on y est, le test pratique en vol CPL ! Cela fait 6 fois que j’annule à cause de la météo, soit beaucoup trop de vent, soit des nuages partout avec un plafond ridicule. Aujourd’hui, la météo semble bonne, j’ai dû prendre la décision de mon bureau à Paris Jeudi midi et revenir sur Lyon pour l’occasion, j’avais déjà rendu mon appart et tout. Donc le choix météo était important compte tenu de la logistique qui en découle. Bref, la météo annonçait une matinée calme, plafond haut et peu de vent. J’ai donc appelé l’examinateur pour lui dire qu’on y allait demain matin ! J’ai pris la voiture et un hôtel et me voilà prêt. Cela fait un mois que je n’ai pas volé avec cette météo, j’espère que c’est comme à vélo et que ça ne s’oublie pas ! La nav est toujours Bron -> Roanne en simulation TP (transport Passagers) puis Châlon en TA. Je suis arrivé à Huit heures avec Jerem, qui m’a filé un coup de main pour préparer la machine. L’examinateur est arrivé aux alentours de 8H30. On a commencé par le briefing avant vol et la présentation de mon vol. Je lui ai montré mon log de Nav et la carte, rien de spécial, plutôt pas mal. Il m’a demandé la différence entre l’espace de classe E et D. J’ai su qu’en D il faut avoir une clairance pour y pénétrer et pas ds le E……sauf de nuit et en VFR spécial, ce dont je ne me souvenais pas. La météo très bien, masse et centrage, j’aurais dû parler du bilan carburant en premier. Enfin les Notams et quelques voyants d’alarme que je connaissais plutôt bien.

Aller on va à la machine. Je lui ai demandé s’il voulait que l’on simule que c’est un pax lambda et que je lui explique tout depuis l’ouverture de la porte, attache des ceinture etc mais il n’a pas trouvé cela nécessaire. J’ai loupé la première mise en route avec le moteur froid et l’hélico qui n’a pas tourné  depuis un mois. Du coup il m’a filé une astuce et j’ai démarré du premier coup ! J’ai bien pris mon temps sur la première mise en stationnaire, décomposé au maximum, l’avant qui se lève en premier, puis le patin droit décolle, et enfin le gauche nous rejoint quelques centimètres au-dessus de la piste. J’étais plutôt content car cela allait jouer sur la confiance que j’avais en mon pilotage engourdi. Aller on translate, on décolle face au sud, virage droite puis direction NW. Verticale Tarare, puis direction les monts du Lyonnais à passer. Là il faut rester autorotable, donc avoir tout le temps un champ en dessous de nous pour nous poser en cas de panne. Et je lui dis les champs que j’estime pouvoir avoir. Il me fait la réflexion que les champs ne sont pas plats… Effectivement en regardant plus attentivement il a complètement raison. Du coup j’ai modifié un peu mon itinéraire pour survoler une autre vallée plus plate. RAS ensuite jusqu’à Roanne. J’ai fait une verticale et une chaussette pour intégrer la vent arrière. Bon j’aurais pu y aller direct et gagner quelques minutes. Là on se retrouve en panne GOV, j’atterri proprement, mais au tout début de la piste donc à 400M du taxiway qui conduit aux hangars… pas malin pour se faire dépanner:/ Bon on redécolle avec une panne Hydrau en milieu de vent arrière. Je la fait plutôt bien aussi, j’avais presque oublié à quel point les commandes sont dures à manipuler:/ . Aller on repart direction Châlon, au bout d’une dizaine de minutes, il me demande dans combien de temps on arrive. Sur mon log j’avais noté 34, 35-10=25, je lui dis, et contrôle sur le GPS, bim 25 minutes 😎 ^^ j’étais tout content. Et, se faisant, je me rends compte qu’un voyant à l’air allumé, le ALT… Je mets ma main pour cacher le soleil, et effectivement il l’est… merde, avec le soleil qui tape sur le tableau de bord, les voyant brillent tous et je n’avais pas vu. Je lui ai dit qu’avec l’alternateur en panne on a 30 minutes de batterie. Mais au pire ça fait 10 minutes que c’est allumé donc je compte que 20 minutes. Il me confirme bien que cela fait 10 minutes. Je lui dis qu’on va aller se poser sur Roanne, et je coupe tous les consommateurs tels que le GPS etc. Finalement il me déroute vers Mâcon, il me demande quoi faire avec un voyant feu moteur, je lui réponds bien. Au-dessus des monts du Lyonnais, qu’il faut repasser pour retourner dans la vallée de la Saône, bim panne moteur ! Je vise un champ, mais il y a des gens dans ce champs donc on remet les gaz. On continue direction Mâcon, je commence à m’annoncer à la radio et bim : panne moteur ! Là, je ne vois même pas de champs sur le coup, que de la foret de montagne:/ Je fini par en trouver un tout petit, genre un terrain de tennis. Bon j’essaie de faire quelques virages pour arriver dedans, j’arrive trop haut, je me serais bien pris les arbres en fait… bon remise de gaz, on repart pour Mâcon. On prévoit encore une autorot’. Il me dit qu’on la déclenchera au travers de la piste. Alors je passe vertical pour confirmer le vent, presque nul, puis commence à m’éloigner. Avant que j’ai le temps commencer mon demi-tour, Bim panne moteur:/ Le terrain ds le dos et tout, je commence mon virage puis je me sens un peu court, alors je me mets en plané MAX, nonante/nonante comme dirait Jerem. J’arrive pile au niveau du seuil pour l’aligner et finir mon autorot’ bien. Un autre pilote faisait le plein et il m’a envoyé un message pour me dire une belle autorot’ ^^. Aller on redécolle, direction Tarare, cap 190. Je mets les lunettes de VSV et on en fait une petite dizaine de minutes. Plutôt bien, je m’en sors bien en général. J’enlève les lunettes, et il me donne la carte à 250.000 pour trouver un point sur la carte. On était on dessus des montagnes, du coup je n’avais pas de points de repères. J’ai mis un peu de temps à en trouver, du coup mon examinateur, m’a aidé en me disant que la ville à droite, était Villefranche, ce qu’on pouvait confirmer par une route toute droite qui en venait. Donc il me suffisait de la suivre et je finirais pas trouver le point qu’il m’avait sélectionner. Bon, je ne trouvais toujours pas de points de repères dont j’étais sûr au final, alors je lui ai dit, désolé, je ne me repère pas avec certitude donc je vais faire un 360° pour confirmer. J’ai finalement conclu que la ville était Belleville et non Villefranche. Une fois confirmer par un radial de VOR, j’avais raison, j’étais tout fier de moi ^^ du coup j’ai trouvé pile poil le point sur la carte. C’était un col et il y avait un petit aéroport privé. Il voulait que je fasse un posé campagne dessus mais en fait, il y avait des croix rouge dessus donc il était fermé. On est allé un peu plus loin, et on a trouvé un sommet de montagne, recouvert d’arbres sauf l’apogée. J’ai fait deux tours pour bien confirmer que le sol était plat et que j’avais la place entre les arbres pour me poser. Je le confirme finalement avec le passage puissance, j’ai la puissance j’ai tout donc j’y vais. Je me pose sur le sommet entre les arbres et en petit dévers sur la gauche, histoire de faire un posé devers ^^ je le fais plutôt bien. On redécolle, je voulais faire un vertical en face des arbres devant moi, il m’a dit qu’il serait plus judicieux de faire demi-tour et de repartir dans la trouée d’arbre de l’autre côté. Je lui dit que je monte un peu pour faire gaffe à la queue en tournant vers l’amont… il me dit que non je dois tourner dans l’autre sens pour ne pas avoir de pb.. Évident en plus:/ Aller on rentre à Bron. Je demande une nouvelle autorot’ sur la principale. Je la fait bien jusqu’au bout. Il m’a dit ds l’ensemble que je devais être un peu plus réactif avec les tours rotors, et avec la précision de mon point de posé. Ben oui, vu que j’avais toute la piste je ne me suis pas mis de pression sur le pt d’aboutissement, mais j’ai pu faire l’autorot’ jusqu’au sol. Hop dernière translation au plot Azur et le suspens commence ! Il m’a juste dit que c’était une chose de moins à penser. Et au final en allant faire la photocopie de mon dossier j’ai pu voir qu’il avait coché la case c’est bon ! Donc me voilà Officiellement Pilote professionnel d’hélicoptère !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *